En tant que détaillant, les ventes sont au cœur de vos préoccupations. Toutefois, vous devez aussi prendre les précautions nécessaires pour vous protéger contre différents risques en mettant en place un plan de gestion des risques liés au commerce de détail. N’oubliez pas qu’une poursuite en responsabilité coûteuse, une atteinte liée à la cybersécurité ou un vol avec violence pourrait grandement nuire à vos activités quotidiennes. Voici trois risques importants dont les détaillants doivent être conscients et quelques conseils pour prévenir certaines conséquences fâcheuses potentielles :

Vol

Tout le monde croit que ça n’arrive qu’aux autres. Après tout, les cambriolages, ça n’arrive qu’à la télé et dans les films policiers, n’est-ce pas? Erreur!

Le vol demeure un problème courant pour les détaillants canadiens. En fait, le crime organisé dans le secteur du commerce de détail coûte plus de 4,6 milliards de dollars par année aux Canadiens, selon les statistiques du service de police de Calgary. Toujours selon cette source, 87,5 % des magasins indépendants sont victimes de ce type de crime, et l’argent tiré de la vente d’articles volés sert à financer d’autres types d’activités criminelles, comme le trafic d’armes à feu et de stupéfiants.

Le crime organisé dans le secteur du commerce de détail coûte plus de 4,6 milliards de dollars par année aux Canadiens.

Mais la plupart du temps, les marchandises volées ne sont pas celles que vous croyez. Les voleurs ne font pas que cibler les appareils électroniques et les bijoux. En fait, de nombreux criminels convoitent plutôt de l’eau de Cologne, du lait en poudre pour nourrisson et des vêtements. Par exemple, le jour de la fête du Canada, en 2017, des vêtements de la marque Lululemon totalisant près de 20 000 $ ont été dérobés par trois hommes masqués entrés par effraction à l’aide d’un marteau dans un studio de yoga moksha à Stoney Creek, en Ontario.

Heureusement, certains conseils simples sur la gestion des risques liés au commerce de détail peuvent vous aider à prévenir les vols dans votre commerce. Tout d’abord, ce n’est pas une mauvaise idée de revoir l’aménagement intérieur et d’apporter les ajustements qui s’imposent. Ainsi, vous vous assurez que l’éclairage est suffisant et que les articles de grande valeur sont près des caisses. Il est aussi pratique d’apposer des étiquettes électroniques sur toute la marchandise pour être alerté si des personnes passent la porte d’entrée avec des articles non payés. Et n’oubliez pas d’installer des caméras de sécurité partout dans votre commerce pour en surveiller tous les coins et recoins.

Chutes

À ce temps-ci de l’année, la belle neige qui tombe du ciel étend son manteau blanc, créant un décor hivernal envoûtant. Mais elle expose aussi vos clients à des risques accrus de blessures pendant leur magasinage. Qui dit neige et froid dit glace et planchers glissants, en raison de l’eau traînée de l’extérieur par les visiteurs avec leurs bottes.

Même sans ces conditions particulièrement glissantes, les chutes sont fréquentes. Un rapport sur le coût des blessures au Canada publié en 2015 par Parachute, un organisme de bienfaisance national, établit d’ailleurs que toutes les heures au Canada, 427 personnes subissent une blessure évitable à cause d’une chute, d’un accident de la route, d’un incendie, d’une intoxication, d’une noyade ou d’une autre activité.

Dans les cas où un tiers subit des dommages corporels, l’assurance de la responsabilité civile des entreprises est toujours d’une grande utilité. Mais vous pouvez aussi adopter des pratiques de gestion des risques pour contribuer à éliminer complètement les risques de chutes dans votre commerce de détail.

Attention à la moisissure

Posez un revêtement de sol et des tapis antidérapants sur les surfaces propices à l’accumulation d’eau (comme l’entrée principale). Veillez à ce que les employés inspectent régulièrement ces endroits et épongent sans tarder l’eau qui s’y accumule, sans oublier de poser des affiches « plancher mouillé » au besoin.

Si votre commerce a un stationnement, il faut l’inspecter souvent, le déneiger et mettre du sel pour dégager la voie pour les clients. Les tuyaux de descente qui déversent de l’eau dans les stationnements ou les allées piétonnes doivent être déviés pour éviter que la glace s’accumule pendant l’hiver.

Éclairage approprié et propreté

Toute l’année, les allées piétonnes doivent être dégagées et bien éclairées. Pensez à placer les marchandises à une hauteur pratique pour une personne de taille moyenne, et de façon à ce que les gens ne risquent pas de les accrocher, de les briser ou de les renverser.

Tenue d’un registre

Il est particulièrement important de tenir un registre de toutes les activités d’entretien. Ainsi, en cas de réclamation, vous aurez un dossier de toutes les précautions que vous avez prises pour prévenir les blessures. De plus, le registre aidera vos employés à suivre les procédures établies.

Et si tout ça ne suffit pas, l’essentiel, c’est que vous ayez un plan d’intervention en place. Conservez des formulaires de rapport d’incident sur place et faites-les remplir lorsque quelqu’un se blesse, par le réclamant et par tout témoin de la scène capable de décrire ce qui s’est passé. Il est aussi recommandé de photographier les lieux où la personne a chuté et les chaussures qu’elle portait.

Cybercrime

Les temps changent et, avec la venue des nouvelles technologies, il faut se soucier d’un nombre grandissant de risques.

Plus du tiers des Canadiens ont été victimes d’un cybercrime dans les trois dernières années, selon l’enquête de 2017 sur la cybercriminalité au Canada d’Accenture. De plus, le nombre de plaintes relatives à la cybercriminalité a augmenté constamment au fil des ans. En effet, en 2014, la GRC a traité 7 965 plaintes liées à des cybercrimes. En 2015, ce nombre s’élevait à 9 217, et en 2016, à 11 518. Et les entreprises n’en sont pas à l’abri. Le nombre de campagnes de harponnage (pirates qui envoient des courriels semblant provenir d’une source digne de confiance) ciblant des employés a bondi de 55 % de 2014 à 2015.

Plus du tiers des Canadiens ont été victimes d’un cybercrime dans les trois dernières années.

Malgré ces chiffres, 77 % des propriétaires interrogés n’avaient pas d’assurance couvrant les cyberattaques et les atteintes à la protection des données, selon un sondage que nous avons réalisé auprès de 300 propriétaires d’entreprise canadiens. Pourtant, seulement un tiers des personnes sondées estimait avoir les ressources financières nécessaires pour survivre à une attaque exposant les données de leurs clients ou à un recours collectif découlant d’une attaque.

Ces statistiques démontrent clairement pourquoi il vaut mieux prévenir que guérir. D’abord et avant tout, il faut choisir des mots de passe originaux et les changer régulièrement. Il faut aussi réfléchir avant de cliquer, notamment vérifier les courriels de sources inconnues ou douteuses avant de les ouvrir et lire les petits caractères avant de télécharger ou d’installer quelque chose comme un logiciel.

De plus, vous devriez souvent mettre à jour vos logiciels et installer un antivirus sur vos ordinateurs. Si tout le reste échoue, vous serez bien content d’avoir pensé à faire une copie de sauvegarde de vos données. Que vous utilisiez le nuage ou un disque dur externe (voire les deux), ce sera vital pour vous d’avoir conservé les documents et les dossiers précieux ailleurs pour pouvoir agir et les récupérer rapidement si vous êtes la cible d’un cybercrime.

Protection

La première étape, c’est de prendre des précautions, par exemple en mettant en place un plan de gestion des risques liés au commerce de détail, mais ce n’est pas toujours suffisant. Malgré tous vos efforts, il arrive que les choses tournent mal, et c’est important que vous soyez prêt à cette éventualité aussi. C’est à ce moment que l’assurance entre en jeu.

Si le pire des scénarios survient, vous ne voudrez pas être seul à assumer tous les coûts. Pour que vous puissiez exploiter votre commerce l’esprit tranquille, Les assurances Federated proposent une assurance conçue spécialement pour les grossistes et les détaillants. Visitez notre page sur l’assurance conçue pour les grossistes et les détaillants dès aujourd’hui!

Le présent billet est fourni uniquement à titre informatif et ne vise pas à remplacer les conseils de professionnels. Nous ne faisons aucune assertion et n’offrons aucune garantie relativement à l’exactitude ou à l’intégralité des renseignements qu’il contient. Nous ne pourrons en aucun cas être tenus responsables des pertes pouvant découler de l’utilisation de ces renseignements.